Derniers sujets
» Module 6 HYGIENE
Lun 13 Fév - 11:56 par AS75

» au sujet de l'oral du M5
Sam 21 Jan - 15:51 par Invité

» L'entretien du matériel roulant lié au transport de patients , du charriot de soins et de linge .
Mar 25 Oct - 17:20 par HENRIDUNAND

» Oral module 5
Dim 5 Juin - 16:46 par Peeter

» problème avec la Lymphe
Dim 6 Mar - 17:50 par Invité

» bas de contention
Sam 13 Juin - 14:50 par Invité

» Hygiène quotidienne de l'environnement du patient et réfection du lit .
Sam 28 Mar - 16:06 par Calahann

» prévention des risques professionnels des bactéricides
Ven 5 Déc - 13:46 par Calahann

» Lexique lié au module 6 .
Sam 11 Oct - 10:19 par Calahann

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Meilleurs posteurs
Calahann (584)
 
greuillou07 (186)
 
jadeelona (67)
 
liloulette2581 (23)
 
harkane" (14)
 
tara0510 (11)
 
galoupiotte22 (9)
 
nafnaf67 (9)
 
dadoune (7)
 
emychloe71 (6)
 

Sujets similaires
Mots-clés

Partenaires

créer un forum

      

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La gériatrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 La gériatrie le Jeu 15 Mar - 13:36

greuillou07

avatar
I- LA DEMOGRAPHIE DE LA PERSONNE AGEE DANS LA SOCIETE


L'espérance de vie à la naissance n'a jamais été aussi longue en france.
La lutte contre les maladies infectieuses, les vaccinations, les progrès de la médecine, mais également l'amélioration des conditions de vie, de l'alimentation ont fait reculer la mortalité infantile et ont augmenté l'espérance de vie.





Pyramide des âges





la pyramide des âges perd progressivement sa forme de pyramide.
L'augmentation de l'espérance de vie associée à la stagnation de la natalité conduit à un vieillissement de la population française.
Les projections en 2050 indiquent que le vieillissement de la population va se poursuivre avec 21 à 24 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit 1 personne sur 3.



Problèmes de santé, dépendance de la population âgée

Le vieillissement ou sénescence est l'ensemble des phénomènes naturels qui se produisent avec l'avancée en âge d'un organisme et qui entraînent:

* Des modifications anatomiques et physiologiques des organes.
* Une plus grande vulnérabilité à certaines maladies.

La vieillesse peut également entraîner un isolement en lien avec l'arrêt de l'activité professionnelle et l'éloignement des enfants ou des proches.
Ce phénomène est plus important chez les retraités modestes qui ne peuvent investir dans des activités de loisirs.
L'isolement et le manque d'activités peuvent avoir des conséquences importantes sur l'état de santé de ces personnes.
L'avancée en âge s'accompagne d'une augmentation de la fréquence de certaines pathologies et de la dépendance. La prévention est néanmoins possible: des cations d'éducation à la santé, de prévention, de dépistage peuvent permettre de préserver une espérance de vie sans incapacité et retarder la dépendance.

On évoque désormais trois types de vieillissement possible:

Arrow Le vieillissement "habituel" incluant les phénomènes physiologiques liés à l'âge sans pathologie, avec un risque d'en développer.

Arrow Le vieillissement "réussi", sans pathologie, avec peu de risque d'en développer et une grande autonomie.

Arrow Le vieillissement "pathologique" avec des facteurs de risques, des pathologies et/ou des incapacités.


Le plan national "Bien vieillir 2007-2009" liste recommandations et propositions afin de maintenir une espérance de vie sans incapacité.

On note parmi les principales recommandations:

Arrow Continuer à entretenir, voir améliorer son capital intellectuel, physique, social et psychique (promotion de la santé).

Arrow Prévenir les maladies survenant avec l'âge en adoptant un mode de vie adaptée.

Arrow Prendre en charge précocement les maladies ou les troubles qui sont susceptibles d'entraîner une incapacité.

Arrow Avoir une activité physique ou sportive régulière.

Arrow Adapter son alimentation selon les principes du Programme national nutrition santé (PNNS).

Arrow Adopter son environnement physique et social.

Arrow Conserver une vie sociale riche et des liens intergénérationnels.

Arrow Lutter contre l'isolement.

Arrow Valoriser les projets de vie, d'estime de soi, d'adaptation au changement.


Le plan "Bien vieillir" a pour objectifs généraux de favoriser:

Arrow Des stratégies de prévention des complications des maladies chroniques (hypertension, troubles sensoriels, de la marche, de l'équilibre...).

Arrow Des comportements favorables à la santé (activités physiques et sportives, nutrition).

Arrow L'amélioration de l'environnement individuel et collectif et de la qualité de vie de la personne âgée: logement, aides techniques, aménagement de la cité.

Arrow Le renforcement du rôle social des seniors en favorisant leur participation à la vie sociale, culturelle, artistique, en consolidant et en promouvant les liens et la solidarité intergénérationnels.

2 La gériatrie le Jeu 15 Mar - 14:49

greuillou07

avatar
II- PATHOLOGIES DU VIEILLISSEMENT


Le vieillissement touche tous les individus de façon universelle, mais ne les touche pas de façon identique au même moment.
Il existe des variations importantes selon les personnes: c'est le "vieillissement différentiel".
Certaines personnes âgées conservent ainsi des capacités voisines d'un sujet jeune, d'autres sont au contraire précocement atteintes de complications au niveau de différents organes.



ORGANES DES SENS

Arrow La vue

Modifications liées à l'âge

* Atrophie des glandes lacrymales.

* Diminution de la transparence de la cornée.

* Apparition d'un arc sénile ou gérontoxon autour de la cornée (dépôt lipidique)

* amincissement et dépigmentation de l'iris.

* Perte d'efficacité du réflexe pupillaire aux modifications de lumière.

* Perte d'élasticité du cristallin.

* Tendance à l'pacification du cristallin.

* Diminution des cellules visuelles de la rétine et atteinte vasculaire.


Conséquences et pathologies possibles

* Sécheresse oculaire.

* Eblouissement.

* Presbytie avec gêne pour voir de près.

* cataracte par opacification du cristallin avec éblouissement et baisse de l'acuité visuelle.

* Dégénérescence maculaire avec déformation des images et perte de la vision centrale.



Arrow L'ouïe

Modifications liées à l'âge

* Epaississement du tympan.

* Ankylose de la chaîne de osselet.

* Atrophie des cellules sensorielles au niveau de la cochlée et du vestibule.

* Atrophie du nerf auditif.

* Perte de neurones et altérations de la transmission synaptique.


Conséquences et pathologies possibles

* Presbysacousie = perturbation irréversible de la perception auditive avec diminution de la perception des sons aigus, difficulté à entendre dans un milieu bruyant, moins bonne perception des consonnes.

* Vertiges liés à l'atteinte de l'équilibration, source d'angoisse et de risque de chute.



Arrow Goût

Modifications liées à l'âge

Diminution et atrophie des papilles gustatives, diminution de la perception du sucré et du salé

Conséquences et pathologies possibles

* Préférence pour des plats très salés ou très sucrés afin de retrouver du goût.

* Des troubles du goût peuvent nuire à l'appétit comme il arrive souvent chez les malades ; interfèrent dans le choix des aliments ce qui peut conduire à des carences nutritionnelles.

* Perte d'appétit



Arrow Toucher

Modifications liées à l'âge

Diminution et atrophie du nombre de terminaisons nerveuses, diminution de la perception de la température, de la douleur, de la pression.

Conséquences et pathologies possibles

Risque de blessure ou de brûlure.



Arrow Odorat

Modifications liées à l'âge

Atrophie des cellules olfactives avec baisse de la perception des odeurs.
Modification des sécrétions rhino-pharyngées avec sensation d'obstruction nasale.

Conséquences et pathologies possibles

* Risque de ne plus sentir les aliments avariés.

* Risque de perte d'appétit.

* Risque de ne plus sentir ses odeurs corporelles.



Les atteintes des organes de sens peuvent isoler une personne âgée et augmenter le risque de dépendance.
L'aide soignant doit repérer les difficultés afin d'adapter la prise en charge et maintenir l'autonomie.


pour plus d'info voir ici =>http://etudiantaidesoignant.forumgratuit.org/t187-les-organes-des-sens


APPAREIL LOCOMOTEUR

Arrow Principales modifications liées à l'âge

Ce sont:

* La diminution de la masse et de la force musculaire en particulier au niveau des membres inférieurs.

* La diminution du tonus musculaire de l'élasticité, cela entraîne un manque d'amplitude dans les mouvements et une baisse de la souplesse.

* La diminution de la masse osseuse et fragilité osseuse.

* Le tassement des disques intervertébraux, cela entraîne une diminution de la taille de la personne avec l'âge, avec une tendance à se voûter.

* La diminution du nombre de cellules cartilagineuses et des fissurations légères du cartilage articulaire.


Ces modifications entraînent une diminution de la mobilisation de la personne âgée.
Les conséquences sont cependant variables d'une personne à l'autre et sont modérés par le maintien d'une activité physique régulière.

Arrow Pathologies du squelette

* l'ostéoporose
L'ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une faible densité osseuse et une détérioration générale du tissu osseux. Une perte osseuse accélérée est induite par un déséquilibre entre la résorption et la formation osseuse. La fragilité de l'os entraîne des fractures qui sont la manifestation clinique principale de la maladie. Les trois fractures principales concernent le col du fémur, les vertèbres et la partie distale du radius.

Il existe trois causes principales:
- Ostéoporose post-ménopausqiue due à la carence en oestrogène (30 à 40% des femmes ménopausées sont touchées et 50 % des femmes de plus de 75 ans).
- Ostéoporose sénile en lien avec la baisse des apports en calcium et vitamime D.
- Ostéoporose en lien avec des maladies endocriniennes ou la prise de certains médicaments.


*L'arthrose
L'arthrose est un trouble articulaire non inflammatoire dégéneratif au niveau du cartilage. Le cartilage est ainsi abîmé et provoque des douleurs.

En général l'arthrose apparaît au niveau du genou (on parle de gonarthrose), de la hanche (coxarthrose) ou des doigts (polyarthrose digitale) mais peut également survenir dans toutes les articulations notamment vertébrales (spondylarthrose).

Il s'agit d'une maladie qui ne peut pas être soignée, mais grâce à certains traitements on peut actuellement fortement ralentir la maladie et en apaiser les symptômes.

L'arthrose a une origine mécanique dont la douleur est augmentée par l'activité, on considère qu'au repos la douleur est au contraire apaisée.







* Les chutes
Les chutes, et notamment les chutes répétées, sont des événements fréquents chez les personnes âgées : selon des données internationales, citées dans un rapport de 2009 de la Haute Autorité de santé (HAS), un tiers des personnes âgées de plus de 65 ans et 50 % des plus de 80 ans vivant à domicile tombent au moins une fois dans l'année.


Il existe 3 catégories de facteurs de risque de chutes :

Arrow Les facteurs personnels :

Sous cette catégorie sont regroupées l’ensemble des causes propres à la personne.
Par exemple :
- L’âge,
- L’état de santé : maladie de Parkinson, dé-
pression, incontinence, la tension artérielle
etc.
- L’état physique: réduction de l’acuité visuelle, troubles de l’équilibre, etc.

Arrow Les facteurs comportementaux :

Ces facteurs résident dans les comportements dangereux qu’une personne peut adopter comme par exemple :

- Les risques liés aux activités quotidiennes :
- La sédentarité, le non respect de ses limites physiques,
- La dénutrition, la consommation d’alcool, la prise de plus de 4 médicaments, la prise de
risques,...etc

Arrow Les facteurs environnementaux :

Enfin, ces facteurs abordent les risques liés à l’environnement de la personne, à savoir:

_ Un habitat mal adapté : éclairage insuffisant, lieu de passage encombré, obstacle sol (fils électriques, tapis, descente de lit, revêtement de sol décollé, parquet ciré...)
- Mobilier (fauteuil ou lit trop bas ou trop haut)
_ Tenue vestimentaire (chaussures inadaptées, vêtements trop long...)


Après la chute il y a des conséquences on en distingue deux catégories:

Arrow conséquences physiques

Comme à tout âge, tomber peut entraîner des contusions, des plaies ou des ecchymoses (« bleus »), mais également des luxations (une articulation se déboîte) ou des fractures, en particulier une fracture du col du fémur. Chez les seniors, on estime qu'une chute sur douze est responsable de fracture, et que celle-ci touche le col du fémur une fois sur trois.
Chez les personnes âgées, il arrive qu'une chute ne se traduise que par une douleur persistante et modérée que la personne supporte plusieurs jours avant d'accepter de consulter et de découvrir l'existence d'une fissure ou d'une fracture osseuse. Avec l'âge, la perception de la douleur se modifie et peut fausser le jugement sur la gravité des conséquences d'une chute.


Arrow Conséquences psychologiques

- La chute est l’occasion pour le patient âgé de prendre conscience de son vieillissement, de la fragilité de son état et de l’approche de la mort.

- Le choc émotionnel qui en résulte entraîne une perte de confiance en soi, un sentiment
d’insécurité et de dévalorisation, avec repli sur soi, démotivation et restriction des activités.

- Troubles de la marche (tendance à piétiner), de la posture (tendance a se mettre en avant avec flexion des genous en position debout ).


-La perte d’autonomie secondaire à cet état de choc psychologique est volontiers aggravée par l’entourage qui, inquiet d’une nouvelle chute, a tendance à surprotéger la personne et refuse souvent le retour au domicile. Une négociation entre l’équipe médicale, la personne âgée et sa famille est indispensable afin de trouver un compromis entre la sécurité du patient et son désir de rester à domicile.

-Si la personne attend longtemps avant d’être secourue, la faim, la soif, l’épuisement physique et psychique, l’incontinence éventuelle forment une expérience extrêmement douloureuse pour la personne âgée, et qui ne doit jamais être sous-estimée, même si la chute n’est pas suivie de conséquences dramatiques immédiates.

- Le fait d’être tombé peut entraîner l’angoisse de la prochaine chute, aggravée par le sentiment de devenir de plus en plus dépendant. Cette crainte peut se compliquer d’un syndrome post chute caractérisé par une tendance à s’agripper et une crainte de marcher sans aide.



Dernière édition par greuillou07 le Mar 20 Mar - 20:59, édité 1 fois

3 La gériatrie le Mar 20 Mar - 20:55

greuillou07

avatar
III- SUITE PATHOLOGIES DU VIEILLISSEMENT



APPAREIL CARDIOVASCULAIRE


Les atteintes de l'appareil cardiovasculaire sont fréquentes chez les personne agées.


Coeur

Modifications liées à l'âge

- Amincissement et dilatation de la paroi des oreillettes, épaississement des ventricules, altération du tissu nodal.

- Rigidité des valves cardiaques par calcification.

- Altération de l'adaptation du rythme cardiaque à l'effort.



Conséquences et pathologies possibles

- Trouble du rythme cardiaque fréquents.

- Troubles de la conduction nécessitant la pause d'un pacemaker.

- Essoufflement, adaptation à l'effort possible mais retardée.




Vaisseaux sanguins


Modifications liées à l'âge

- Diminution de l'élasticité des parois artérielles.

- Calcification des parois artérielles et dépôt lipidique favorisé par le tabagisme, l'obésité, l'excès de cholestérol sanguin...

- Perte d'élasticité des parois veineuses.



Conséquences et pathologies possibles

- Hypertension artérielle

- Athérosclérose

- Risque d'infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral.

- Insuffisance veineuse, oedèmes.



APPAREIL RESPIRATOIRE

Le vieillissement de l'appareil respiratoire est caractérisée par:

- Une rigidité de la cage thoracique diminuant l'expansion thoracique.
- Une rigidité des bronches et bronchioles.
- Une sécheresse des muqueuses de l'arbre bronchique.
- Une diminution du nombre d'alvéoles pulmonaires.

Les conséquences de ces modifications sont une baisse de la capacité respiratoire et de la teneur du sang en oxygène (teint rosé, plus terne).
Au quotidien, ces modifications n'entraînent pas de gêne particulière dans les actes de la vie quotidienne courante.
L'adaptation à l'effort est par contre diminuée.
Le principal risque est une vulnérabilité importante aux infections respiratoires. Toute infection engendre un encombrement pulmonaire pouvant aboutir à une insuffisance respiratoire.



APPAREIL URINAIRE

Les reins

A partir de 50 ans, les reins s'atrophient. Le vieillissement entraîne une diminution de la filtration glomérulaire :

- en induisant une ischémie et une sclérose des artères et des artérioles rénales.
- en entraînant une réduction et une atrophie des néphrons.
- en rendant les tissus glomérulaires scléreux, ainsi la surface d'échange et la perméabilité des capillaires sont diminuées.

Ainsi le débit de filtration glomérulaire d'une personne de 80 ans est deux fois moindre que celui d'une personne d'âge moyen, en effet, il passe de 140 mL/min à 20 ans à 80 mL/min à 80ans. Et donc la capacité de filtre sanguin du rein est diminuée. Cette diminution du taux de filtration entraîne une diminution de la diurèse.
Le vieillissement induit aussi une diminution de la production de la créatinine puisqu'il y a une diminution de la masse musculaire, ainsi qu'une diminution de l'excrétion de la créatinine liée à la réduction néphronique.

Appareil vésico-sphinctérien

II se compose de 4 éléments essentiels dépendants les uns des autres : la vessie, l'urètre, le système d'amarrage et de soutien ligamentaire et musculaire.
Le vieillissement physiologique entraîne d'autres modifications telles que :

- raréfaction des fibres musculaires ;
- augmentation des fibres collagènes et des cellules graisseuses.

Ces modifications entraînent une perte de la distensibilité et de la contractibilité vésicale. Ainsi, la vessie d'une personne âgée est rétrécie, et sa capacité est deux fois moins grande que celle d'un jeune adulte (250 mL par opposition à 600 mL), la perte du tonus vésicale cause de fréquentes mictions.
Les sphincters et le périnée perdent aussi leur tonus.
Chez la femme, la carence oestrogénique de la ménopause entraîne une atrophie des tissus de la vessie, de l'urètre, du vagin, une diminution de la résistance et de l'élasticité des tissus musculaires.
La faiblesse du plancher pelvien peut entraîner une modification des rapports anatomiques et altérer le mécanisme de transmission des pressions abdominales.
Chez l'homme, l'hypertrophie et le durcissement prostatique peuvent masquer l'incontinence, entraînant une atrophie du sphincter strié par manque d'utilisation de ce dernier.
Le contrôle sensitivo-moteur est moins efficace : la sensation de besoin se modifie et s'émousse, c'est à dire que le besoin est senti plus tardivement
Le déséquilibre du rythme nycthéméral (espace de temps de 24 heures, comprenant la succession d'une nuit et d'un jour, ou d'un jour et d'une nuit) entraîne une polyurie nocturne (ou nycturie).


L'incontinence urinaire

Les causes et mécanismes de l'incontinence urinaire sont divers:

L'incontinence urinaire d'effort

Les pertes d'urines surviennent lors d'un effort: rire, toux, port d'une charge...
La cause est une faiblesse des muscles du périnée et du sphincter externe.
Une augmentation de la pression abdominale liée à un effort entraîne alors une perte d'urine.
Les femmes sont principalement concernées par cette forme d'incontinence, du fait de elur anatomie.

les facteurs de risque sont au cours de la vie:

- La grossesse et l'accouchement (notamment en cas de gros bébé, de forceps).
- La ménopause avec les modifications hormonales.
- Les antécédents chirurgicaux du petit bassin.
- La pratique de sport intensifs pouvant "malmener" les muscles du périnée: trampoline, sport de combat, gymnastique sportive et tous sports comportant beaucoup de sauts.


L'incontinence par instabilité vésicale

Cette incontinence est très fréquente chez les personnes âgées.
Elle se manifeste par des "envies pressantes": la personne est saisie d'une envie urgente d'uriner et ne peut se retenir.
La cause se situe au niveau de la vessie "hyperactive" qui se contracte trop tôt et sans raison.

Différentes causes peuvent entraîner cette hyperactivité de la vessie:

- Des maladies neurologiques (maladie de Parkinson, accident vasculaire, paraplégie...).
- Une infection urinaire.
- Un calcul dans la vessie.
- Problème de prostate.


L'incontinence urinaire par regorgement

Il existe un obstacle au niveau de l'urètre ou une déficience du muscle de la vessie, empêchant la vessie de se vidanger complètement.
Des pertes d'urine surviennent alors par "trop plein" ou regorgement, lorsque la vessie est trop remplie et que les pressions deviennent trop importantes.
Cette incontinence est observée en particulier chez l'homme atteint d'une hypertrophie de la prostate, obstruant l'urètre.

Parmi les causes, on retrouve également:

- les suites d'un sondage urinaire à demeure.
- Des maladies neurologiques.
- Certains médicaments.


Autres facteurs d'incontinence en gériatrie

D'autres situations spécifiques ou des facteurs aggravants peuvent déclencher une incontinence chez une personne âgée, par exemple:

- Un fécalome.
- Une infection urinaire.
- Une dépression.
- Une pathologie de l'appareil locomoteur rendant difficile le déplacement aux toilettes.
- Un traitement somnifère entraînant une somnolence diurne.


Si la cause est supprimée, l'incontinence peut être totalement réversible et disparaît avec une prise en charge adaptée.


APPAREIL DIGESTIF

L'appareil digestif subit différentes modifications avec l'âge:

- Chute de dents pouvant entraîner des problèmes de mastication importants en l'absence de prothèses.
- Diminution de la production de salive.
- Diminution de la production d'acide chlorhydrique par l'estomac.
- Baisse de l'absorption intestinale de certains nutriments.
- Diminution du péristaltisme intestinal entraînant un ralentissement du transit intestinal.


La dénutrition

La dénutrition de la personne âgée pose un réel problème de santé publique. En France, elle atteint 10% des plus de 85 ans qui vivent à domicile et près de la moitié des personnes âgées hospitalisées. Les causes principales sont:

- Les problèmes de mastication

Les personnes âgées sont nombreuses à souffrir de problèmes dentaires. D'autres souffrent de gencives douloureuses. La mastication devient difficile, voire douloureuse. Nos aînés ont alors tendance à renoncer à des aliments riches en apports nutritifs, mais qui semblent difficiles à mâcher, comme la viande ou les légumes crus.

- Le manque d'appétit

Les personnes âgées réduisent leur activité physique, et par conséquent leurs besoins alimentaires. Rapidement, elles peuvent être amenées à ne plus éprouver de sensation de faim et à sauter des repas.
Le goût, à l'instar des autres sens, s'altère avec l'âge. Les aliments n'ont plus de saveur et les personnes âgées perdent l'appétit, rechignant ainsi à manger.

- Les problèmes économiques

Les personnes âgées vivent avec un revenu réduit ou fixe, beaucoup doivent choisir entre nourriture, médicaments et loyer.
La publicité qui encourage à utiliser des suppléments nutritifs en boîte pour "rajouter de la vie à leurs années" peut les inciter faussement à dépenser de façon inadéquate des ressources précieuses pour acheter ces suppléments plutôt que des aliments plus appropriés.
Du fait du peu d'argent, les personnes âgées éviteront les viandes de bonne qualité, les fruits crus et les légumes parce qu'ils sont trop coûteux.

- L'isolement

Le moment du repas est un évènement social dans la plupart des cultures.
La solitude est fréquente chez les personnes âgées. Plus elles vieillissent, et plus elles voient leurs proches et leurs amis les quitter. De ce fait elles manquent de motivations à se faire à manger, à dresser une table et de prendre le temps de manger toute seule.
Petit à petit la personne âgée se fera de moins en moins à manger et elle s'alimentera moins.

- La dépression

La dépression altère aussi l'envie de manger.
Elle passe souvent inaperçue chez les personnes âgées parce que certains signes de dépression peuvent être confondus avec des signes de vieillissement.
Les personnes âgées déprimées demandent rarement de l’aide de leur propre initiative.

- Les médicaments

Il est fréquent que les personnes âgées aient des gélules et comprimés à avaler en début de repas. Beaucoup de médicaments altèrent le goût et parfois diminuent la salivation. Autant de raisons qui poussent les personnes âgées à délaisser une alimentation normale.

- Les préjugés alimentaires

Des préjugés erronés peuvent être la source d'une malnutrition : on a tendance à croire que l'organisme des personnes âgées requiert moins d'énergie que celui de personnes plus jeunes. Or il n'en est rien : les besoins énergétiques sont plus importants à l'âge de 75 ans qu'à 55 ans.


Les conséquences de la dénutrition sont nombreuses et peuvent rapidement dériver en cercle vicieux si elle n’est pas traitée.
La dénutrition génère tout d’abord de la fatigue, un manque d’énergie et très rapidement un déficit immunitaire pouvant provoquer des infections (urinaires, respiratoires), une perte de la mobilité qui peut favoriser l’apparition d’escarres ou encore une fonte des muscles (sarcopénie) souvent responsable de chutes. Ces chutes peuvent avoir des conséquences irréversibles.

Finalement les conséquences globales directes sont les suivantes :

- Une durée d'hospitalisation multipliée par 2 à 4.
- Des pathologies infectieuses communautaires et nosocomiales multipliées par 2 à 6.
- Une consommation médicamenteuse accrue.
- Un risque de perte d'autonomie et d'entrée en institution ou de devoir recourir à une autre institution.
- Une mortalité pour laquelle le risque est multiplié par 2 à 8.


Arrow ATTENTION UNE PERSONNE OBESE PEUT ÊTRE DENUTRIE ET UNE PERSONNE DENUTRIE PEUT NE PAS PERDRE DE POIDS ( par exemple oedèmes). Arrow

4 La gériatrie le Mer 4 Avr - 9:58

greuillou07

avatar
IV- SUITE PATHOLOGIES DU VIEILLISSEMENT


APPAREIL DIGESTIF(suite)


Constipation

C'est un problème très fréquent en gériatrie.
Les facteurs favorisant sont multiples:

- Ralentissement du péristaltisme intestinal dû au vieillissement.
- Alimentation et hydratation inadaptée.
- Diminution de l'activité physique.
- Alitement prolongé.
- Prise de certains médicaments.
- Perturbation des habitudes de vie en institution, inconfort, anxiété.

Les complications majeures de la constipation sont le fécalome et l'occlusion intestinale (risque de décès).


La constipation

La constipation se caractérise par un nombre de selles inférieur à trois par semaine, ou encore par une évacuation douloureuse et difficile. Elle s'accompagne souvent d'un gonflement abdominal et de flatulences.

On distingue souvent deux sortes de constipation:

La constipation de progression se définit par moins de trois selles par semaine, un rectum vide et l'absence d'envie d'aller aux toilettes.

Inversement, en cas de constipation terminale, la personne s'y rend régulièrement, mais a beaucoup de difficultés lors de l'émission. Le toucher rectal indique un rectum rempli de selles, souvent dures. Certains patients présentent en même temps les deux types de constipation.


le fécalome

C’est une boule de matières fécales sèches et très dures qui s’accumulent le plus souvent dans le rectum. Elles forment une masse compacte ne pouvant être évacuée et jouant le rôle de bouchon.

Chez les sujets âgés ou les personnes alitées, le transit a une forte propension à ralentir. L’intestin absorbe le peu d’eau qui reste dans les selles. Celles-ci se dessèchent et durcissent anormalement. L’ampoule rectale se remplit sans problème au début, puis difficilement à la fin.

Lorsqu’elle est pleine, le rectum déclenche comme d’habitude, l’ouverture réflexe du sphincter anal. Le fécalome dont le diamètre dépasse largement celui des selles habituelles refuse de descendre, ce qui explique cette douleur impérieuse d’aller à la selle sans succès. L’irritation des parois du rectum par le fécalome entraîne la sécrétion d’eau et donc une diarrhée trompeuse : la « fausse diarrhée ».

La présence de ces « fausses diarrhées » est le fait d’une sécrétion liquidienne par le rectum irrité et du délitement de la partie terminale du fécalome.

Le fécalome est le stade ultime de la constipation et survient surtout chez les personnes âgées et alitées.

Le fécalome est accompagné de douleurs abdominales accompagnées de nausées, douleurs rectales, incontinences anales (l’anus distendu par le fécalome n’assure plus son rôle de fermeture), rétention urinaire par compression.


L'occlusion intestinale

Une occlusion intestinale est un blocage partiel ou complet de l’intestin, qui empêche le transit normal des matières fécales et des gaz.
Ce blocage peut se produire aussi bien dans l’intestin grêle que dans le côlon. Une occlusion intestinale provoque d’importantes douleurs abdominales semblables à des crampes, des ballonnements, des nausées et des vomissements.

Il existe deux types d'occlusion intestinale

- Mécanique:

L’intestin peut être « bouché », par exemple, par un gros polype ou une tumeur.

L'obstruction peut se faire par un obstacle situé à l'extérieur du tube digestif. Par exemple, l’intestin peut être "coincé" dans une bride (sorte de tissu fibreux cicatriciel d’une précédente intervention abdominale) ou dans une hernie, une éventration de la paroi abdominale (l’intestin sort et se bloque dans la hernie).
Parfois l’intestin se tord sur lui-même : c’est un volvulus.

- Fonctionnel:

Il s’agit d’une paralysie réflexe consécutive à un syndrome abdominal douloureux. Cela peut se produire lors d'une colique néphrétique, une pancréatite, une péritonite…


Hydratation

Par rapport à ce qu'elle était 20 ou 30 ans auparavant, la personne âgée est particulièrement sensible à la déshydratation, et ceci pour plusieurs raisons :

- Ses réserves en eau sont beaucoup moins importantes qu'auparavant, ce qui fait qu'elle va se déshydrater rapidement si les pertes en eau ne sont pas compensées.

- Sa sensation de soif est émoussée. Demandant insuffisamment à boire, ses pertes ne sont pas compensées, en particulier en période de canicule , d'où risque de déshydratation.

- Enfin, la solitude si fréquente à son âge ne lui permet pas de demander à boire autant qu'il le faudrait à son entourage.

Arrow LES COUPS DE CHALEUR

La canicule peut entraîner des répercussions graves sur la santé, en particulier chez les personnes âgées, plus exposées aux risques de déshydratation et de coups de chaleurs.

Au cours de l’été 2003, la canicule avait entraîné en France près de 15 000 décès, essentiellement de personnes âgées. Pourtant, quelques précautions élémentaires permettent de sauver des vies.

Les personnes âgées présentent fréquemment des troubles de la sudation : leur peau est anormalement sèche. Dans un contexte de chaleur estivale, voire de canicule, elles produisent moins de sueur que les personnes plus jeunes. Les personnes âgées ont donc plus de mal à adapter leur corps aux élévations soudaines de températures.

Signes principaux d'un coup de chaleur(les symptômes peuvent être variable d'une personne à une autre)

- une température élevée
- la peau chaude, rouge et sèche (sans transpiration)
- un pouls rapide et fort
- une respiration courte et rapide
- des maux de tête violents
- des étourdissements
- des nausées
- une confusion (comportements étranges, désorientation) et éventuellement une perte de conscience et des convulsions.

Dans ce cas, le médecin doit être immédiatement alerté et des mesures permettant de rafraîchir et d'hydrater la personne doivent être renforcées.


Système nerveux

Le vieillissement du système nerveux est caractérisé par:

*Une diminution:

- Du nombre de neurones et du poids du cerveau.
- De la vascularisation cérébrale.
- De la vitesse de conduction nerveuse (les réflexes sont plus lents).

* Une altération:

- Des organes des sens.
- De la qualité du sommeil.

* Une dégradation des fonctions cognitives avec une baisse possible de la mémoire, de l'attention, des capacités d'apprentissage et d'adaptation.

Troubles du sommeil

Ils sont fréquents chez la personne âgée.
La physiologie du sommeil chez la personne âgée est en effet modifiée.

La nature des plaintes d'insomnie se rapporte à des problèmes d'endormissement à des réveils fréquents ou prolongés; à des réveils prématurés le matin avec une incapacité de se rendormir et à un sommeil non réparateur.
Les aînés font surtout état de difficultés à maintenir le sommeil, alors que les jeunes adultes se plaignent plus couramment de difficultés à s'endormir.

L'apnée du sommeil augmente avec l'âge elle se caractérise par un arrêt complet ou partiel de la respiration durant le sommeil, d'une durée de 10 secondes ou plus, suivi d'un ronflement bruyant et d'un éveil de quelques secondes.
Ces épisodes peuvent survenir à répétition au cours de la nuit, d'où un sommeil fortement fragmenté.


Le syndrome des jambes sans repos touche environ 20 % des plus de 65 ans. Cette pathologie recouvre deux types de manifestations :

Les impatiences des membres inférieurs qui correspondent à une sensation désagréable de picotement ou de brûlure qui est toujours accompagnée du besoin impérieux de bouger.
Elles surviennent surtout le soir et la nuit, sont aggravées par l’immobilité, et sont soulagées, au moins partiellement, par le mouvement.

Les mouvements périodiques au cours du sommeil qui sont des mouvements involontaires dont la personne n’a pas conscience. Ils touchent principalement les extrémités des jambes (orteils et pieds) mais peuvent parfois s’étendre au genou et à la hanche, voire aux membres supérieurs. Ces mouvements entraînent une fragmentation du sommeil et nuisent à sa qualité.

Les problèmes liés à l'environnement peuvent être la cause de perturbation du sommeil. En effet le bruit , l'éclairage, la température de la pièce, les soins nocturnes en institut, les boissons excitantes comme le café ou le thé avant de dormir.

Une dépression ou une anxiété importante liée à une séparation, un deuil, des conflits familiaux ou encore la solitude peuvent être responsables d’insomnie.Un changement d'habitude de vie de la personne âgée peut aussi troubler son sommeil.

Une augmentation de volume bénigne et banale de la prostate chez l’homme peut conduire à uriner souvent la nuit(nycturie).

Traitements

Chez la personne âgée, les médicaments pour dormir ne doivent être utilisés qu’à faible dose. Il y a en effet des risques importants de chutes au cours d’un éveil ou lors de la mise au lit qui peuvent entraîner des conséquences graves pour la personne. Par ailleurs, la prise d’autres médicaments pour d’autres pathologies peut entraîner des interactions médicamenteuses qui majorent les effets sédatifs des médicaments et donc les risques.


Peau et phanères

Dans le vieillissement on distingue:

Le vieillissement intrinseque, physiologique, c'est à dire liée à l'âge. Génétiquement programmée, elle provoque de nombreuses altérations cellulaires.

Le vieillissement extrinsèque : ensemble des facteurs qui accélèrent le viellissement naturel : en premier lieu l'exposition aux UV, mais aussi le tabac, les carences hormonales (ex : ménopause chez la femme).

Peau

- Au niveau de l’épiderme, la première « couche » de notre peau, les cellules s’éliminent moins vite (la desquamation naturelle est ralentie). Conséquences visibles : la peau s’épaissit en surface, le grain de peau est moins fin, plus rugueux, et le teint manque d’éclat.

- Toujours au niveau de l’épiderme, le film hydro lipidique qui permet à la peau de garder son eau perd de son efficacité. La peau est déshydratée et plus sèche.

- Et pour finir sur l’épiderme, les cellules responsables de la pigmentation de la peau, les mélanocytes (qui produisent la mélanine), se dérèglent, d’où l’apparition de taches pigmentaires.

- Si l’on va plus profondément dans la peau, au niveau du derme, la partie de notre peau responsable de sa fermeté et de son maintien, des changements se font également sentir. Les fibroblastes, qui fabriquent le collagène et l’élastine, sont moins nombreux et moins efficaces. Pendant que l’épiderme s’épaissit, le derme, lui, s’amincit, alors qu’il est la structure de notre peau. Conséquences visibles : le visage se creuse, le relâchement cutané est plus intense et des rides plus marquées.


les phanères


Les glandes sébacées sont moins actives , elles fabriquent de moins en moins de sébum.
Le sébum est la sécrétion protectrice qui lubrifie la peau.
La sécheresse et la fragilité cutanée s'en trouvent accentuées.

La sueur, fabriquée par les glandes sudoripares, joue un rôle capital dans la régulation de la température.
Les personnes âgées sont plus sensibles que l'adulte aux effets de la chaleur extérieure ou de la fièvre : leurs glandes sudoripares ne fabriquent plus assez de sueur pour rafraîchir la peau.
De plus, l'épiderme est moins bien hydraté.

Les poils se raréfient, sauf au niveau du visage où ils peuvent au contraire se développer.
Chez la femme ils apparaissent sur la lèvre supérieure et le menton.
Chez l'homme les sourcils deviennent plus épais et broussailleux et les poils apparaissent au niveau du nez et sur les bords du conduits auditifs.

La perte des cheveux, qui commence souvent dès l'âge adulte, s'accentue.
Les calvities sont diffuses ou localisées (sur le sommet du crâne, dans le prolongement du front, sur les tempes).
En général, la localisation de la calvitie à un caractère familial "on devient chauve comme son père".
Les cheveux sont plus fins, moins résistants et blanchissent de plus en plus.
La croissance des ongles ralentit, des stries longitudinales et des cannelures apparaissent.
Plus cassants et plus secs, ils sont aussi souvent plus épais, surtout au niveau des orteils.



Dernière édition par greuillou07 le Mar 17 Avr - 11:24, édité 1 fois

5 La gériatrie le Mar 17 Avr - 11:14

greuillou07

avatar
V- LE SYNDROME DE GLISSEMENT


DEFINITION

Décompensation rapide de l'état général faisant suite à une affection aiguë (infectieuse, traumatique, vasculaire, choc septique, ...) qui est en voie de rétablissement ou qui paraît guérie.

- La personne semble refuser consciemment de continuer à vivre.
- Cette décompensation évolue en quelques jours ou semaines et conduit à la mort à travers des troubles neuropsychiques et biologiques sévères.
- Elle touche 1% à 4% des personnes hospitalisées.



FACTEURS DECLENCHANTS

- Une infection , une pneumopathie, un problème vasculaire.
- Un traumatisme, une fracture, une intervention chirurgicale.
- Un choc psychologique, le décès d'un proche, un déménagement, un placement en institution, l'isolement social, conflit familial....


PERIODE DE LATENCE

Après le facteur déclenchant il y a une courte période de latence c'est à dire ou le facteur déclenchant si c'est une intervention est en voie de guérison ou s'il est d'ordre psychologique la personne âgée commence à s'adapter à la situation.


SIGNES CLINIQUES

En premier lieu il y a un syndrome de désengagement

La personne âgée se désinvestit à l'égard de la vie avec un ensemble de signes cliniques:

- Asthénie
- Adynanmie
- Anorexie
- Disparition de la sensation de soif (adipsie)
- Atonie vésicale et intestinale
- Une constipation avec météorisme abdominale
- Des troubles sphinctériens à type d'incontinence ou plus fréquemment de rétention
- Une baisse de la pression artérielle
- Une apparition extrêmement rapide d'escarres.

En deuxième lieu il y a un comportement de grande opposition, de refus

- Une opposition autoritaire, déterminée, véhémente et parfois injurieuse à toute proposition d’aide, surtout pour les activités de la vie quotidienne.

- Le patient reste alité et refuse de se lever.

- Il refuse de s’habiller ou bien il s’habille n’importe comment, au point que l’on peut discuter d’une apraxie de l’habillage.

- Il refuse de manger.

- Il refuse toute stimulation comme il refuse les soins.

- On le soupçonne d’ailleurs d’avoir certaines conduites auto-agressives devant des érosions cutanées ou muqueuses inexplicables, ou des pansements qui suppurent ou qui s’obstinent à ne pas tenir.

- Et plus inquiétant pour qui tente de l’approcher, que ce soient les membres de sa famille ou ceux de l’équipe soignante, il repousse catégoriquement tout contact, il met toute son énergie pour exiger qu’on le laisse tranquille, qu’on lui fiche la paix et qu’on le laisse mourir.

- Il dira des phrases comme "Vous pouvez faire ce que vous voulez, je ne vais pas m’en sortir " ou bien "ça ne sert à rien de me soigner"

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum