Derniers sujets
» Module 6 HYGIENE
Lun 13 Fév - 11:56 par AS75

» au sujet de l'oral du M5
Sam 21 Jan - 15:51 par Invité

» L'entretien du matériel roulant lié au transport de patients , du charriot de soins et de linge .
Mar 25 Oct - 17:20 par HENRIDUNAND

» Oral module 5
Dim 5 Juin - 16:46 par Peeter

» problème avec la Lymphe
Dim 6 Mar - 17:50 par Invité

» bas de contention
Sam 13 Juin - 14:50 par Invité

» Hygiène quotidienne de l'environnement du patient et réfection du lit .
Sam 28 Mar - 16:06 par Calahann

» prévention des risques professionnels des bactéricides
Ven 5 Déc - 13:46 par Calahann

» Lexique lié au module 6 .
Sam 11 Oct - 10:19 par Calahann

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Meilleurs posteurs
Calahann (584)
 
greuillou07 (186)
 
jadeelona (67)
 
liloulette2581 (23)
 
harkane" (14)
 
tara0510 (11)
 
galoupiotte22 (9)
 
nafnaf67 (9)
 
dadoune (7)
 
emychloe71 (6)
 

Mots-clés

Partenaires

créer un forum

      

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

pathologies ischémiques

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 pathologies ischémiques le Sam 24 Nov - 21:30

greuillou07

avatar
DEFINITION

L'ischémie résulte d'un arrêt brusque de la circulation artérielle à la suite de différents facteurs;

Arrow Une rupture vasculaire : c'est l'hémorragie.
Arrow La présence d'un embole ou caillot (le plus souvent) qui migre et obture une artère: c'est l'embolie.
Arrow La formation d'un caillot à partir d'une lésion de la paroi vasculaire d'origine inflammatoire ou arthéromateuse: c'est la thrombose.

L'accident aigu se produit par spasme ou obstruction de l'artère avec arrêt brutal de la circulation artérielle et entraîne la mort tissulaire du territoire concerné.
Une compression des tissus, que l'ont voit dans les escarres, entraîne aussi une ischémie, avec le risque de mort des tissus et nécrose.

Lorsque l'accident se produit:

Arrow Au niveau des artères coronaires: c'est l'angor ou crise d'angine de poitrine ou infarctus du myocarde.
Arrow Au niveau des artères des membres inférieurs: c'est l'artérite.
Arrow Au niveau des artères cérébrales: c'est l'accident vasculaire cérébral (AVC) ou accident ischémique transitoire (AIT).

L'artériosclérose ou arthérosclérose est caractérisée par la fabrication de plaques d'athérome ou dépôts constitués principalement de graisses qui tapissent les parois des artères et les durcissent.
L'augmentation progressive des plaques d'athérome entraînant un rétrécissement de la paroi des artères et une diminution du flux sanguin sont responsables des accidents ischémiques.


_________________
chris co-administrateur

2 Infarctus du myocarde le Sam 24 Nov - 21:40

greuillou07

avatar
INFARCTUS DU MYOCARDE


DEFINTION

L'infarctus du myocarde survient lorsqu’un caillot obstrue une artère du cœur. Le coeur est un muscle creux formé de quatre cavités (deux oreillettes et deux ventricules) qui est alimenté en oxygène par des artères disposées en couronne autour de lui : les artères coronaires.

Quand ces artères sont obstruées, le coeur est menacé d’asphyxie :

Arrow Si l’interruption du flux sanguin est de courte durée, c’est l’angine de poitrine, une douleur au niveau du coeur qui est un véritable signal d’alarme
Arrow Si l’interruption est totale, c’est l’infarctus. La partie du muscle cardiaque privée d’oxygène est définitivement détruite.


CAUSES ET FACTEUR DE RISQUES

Le coeur a pour fonction de pomper le sang à travers le système circulatoire et de transporter ainsi l'oxygène et les nutriments nécessaires au fonctionnement de l'organisme. C'est la paroi musculaire du coeur, le myocarde, qui se contracte pour pomper le sang à l'extérieur du coeur et se relâche pour permettre au coeur de se remplir de sang oxygéné. Pour effectuer ce travail, le coeur a lui-même besoin de sang, qui lui est fourni par les artères coronaires.

Lorsque l'une de ces artères est obstruée, l'apport de sang au myocarde est réduit ou interrompu, et les cellules musculaires de la région où cette stase se produit subissent des lésions irréversibles et meurent. Cette obstruction est généralement due à l'athérosclérose, un épaississement et un durcissement des parois des artères. l'athérosclérose est causée par une accumulation de cholestérol, de débris cellulaires et d'autres substances qui forment une plaque sur la paroi interne des artères. l'athérosclérose seule peut être responsable d'un infarctus, mais dans 90 % des cas, la crise est provoquée par un caillot de sang, ou thrombus, qui bloque brusquement une artère déjà rétrécie par l'athérosclérose.

Plus rarement, l'infarctus est causé par un spasme important dans une artère coronaire Si le manque d'oxygène ne touche qu'une petite partie du myocarde, la récupération est possible. Mais selon l'importance de la crise et l'endroit du myocarde où elle se produit, l'infarctus peut causer l'invalidité et même la mort.

Les principaux facteurs de risque de l'infarctus sont le tabagisme, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète, l'obésité, un régime alimentaire riche en matières grasses.
L'âge (soixante-cinq ans et plus), le sexe (masculin, plus de 55 ans) (féminin, post-ménoposée) et certains antécédents familiaux (maladies artérielles et cérébrovasculaires), angine de poitrine, crise cardiaque, peuvent aussi augmenter les risques d'infarctus de même que, à un degré moindre, le manque d'exercice régulier et le stress.
En dernier lieu, un excès de globules rouges constitue aussi une des causes majeures d'infarctus


SIGNES ET SYMPTÔMES

Le premier symptôme de l'infarctus est une douleur écrasante dans la poitrine, ressentie comme une brûlure, un serrement ou une oppression.
La douleur se manifeste brusquement et n'est pas soulagée au repos. Elle est souvent accompagnée d'une douleur au bras gauche, au cou, à la mâchoire et au dos. La personne peut ressentir de l'essoufflement et de la difficulté à respirer, des nausées, de vomissements, des sueurs et de l'anxiété.

Les symptômes de la crise cardiaque peuvent varier d'une personne à l'autre. Chez certaines personnes, surtout chez les femmes, la sensation de douleur est plus diffuse et peut prendre la forme d'un vague inconfort au niveau du thorax. Les symptômes peuvent aussi faire penser à des brûlures d'estomac. Parfois, la crise cardiaque provoque un évanouissement, un arrêt respiratoire ou un comportement étrange, parfois elle n'est précédée d'aucun symptôme.

Quoi qu'il en soit, une douleur thoracique soudaine ne devrait jamais être prise à la légère. La personne qui fait une crise cardiaque a souvent tendance à nier la gravité de son état. Il faut donc chercher du secours à sa place. Chaque minute qui passe augmente les risques de décès de 7 à 10 %.




ROLE ET COMPETENCE DE L'AIDE SOIGNANT AUPRES D'UN PATIENT SOUFFRANT D'UN INFARCTUS


l'aide soignant participe aux soins, en collaboration avec l'IDE et répond aux besoins spécifiques du patient.


Maintenir les fonctions vitales

L'aide soignant :

* Surveille pouls, TA, respiration.
* Surveille la température (T° modérée qui peut apparaître dans les jours suivants.
* Veille au bon déroulement de l'administration de la perfusion.
* Signale toute ecchymose, épistaxis, gingivorragie ou hématurie, pouvant être la conséquence du traitement sous anticoagulants.
* Observe le comportement de la personne.

Veiller au repos strict au lit et éviter les efforts

Il est en moyenne de 3 à 5 jours , le but est d'éviter les complications et d'obtenir un repos physique et mental l'aide soignant:

* Crée une ambiance reposante et rassurante et un milieu qui apaise l'angoisse du patient.
* Le rassure, lui explique les soins dispensés, veille à ce qu'il reste calme.
* Anticipe et répond à ses besoins du fait de l'alitement strict. Ce patient étant souvent très actif, il faut insister sur la nécessité du repos strict au lit pour éviter l'aggravation.

Répondre aux besoins d'hygiène et de confort

L'aide soignant participe:

* A la toilette qui est faite au lit le plus rapidement possible, sans fatiguer le patient, les premiers jours, puis le soignant apporte une aide partielle jusqu'à que le patient ait l'autorisation de se lever ( le patient étant sous coagulants: rasoir électrique pour les hommes et vérification de saignements).
* A la prévention d'escarres avec vérifications des points d'appui, effleurages doux, mise en place des éléments de prévention selon le risque présumé.
* A la mobilisation de la personne en respectant les règles de manutention, son installation au lit est confortable, dans la position où il se sent le mieux, généralement la position demi-assise, jambes allongées est choisie.

Répondre aux besoins d'élimination et surveiller l'élimination urinaire et fécale

* Avec une réponse la plus rapide possible à ses appels pour donner le bassin et/ou l'urinal.
* Une observation de la diurèse et de la régularité de l'élimination fécale, enrichir l'alimentation en fibres, pour éviter les efforts liés à la constipation et transmettre tout saignement au niveau des urines et des selles.

Aider l'infirmier lors du premier lever, lorsqu'il sera autorisé

Veiller à l'hygiène , l'équilibre et l'éducation alimentaire

L'aide soignant:

* Vérifie que le plateau corresponde au régime prescrit (pauvre en graisse et/ou hyposodé).
* Informe le patient et ses proches de ne pas apporter de denrées alimentaires déconseillées et s'assure qu'ils ont bien compris l'importance de respecter le régime.



INFOS EN PLUS !!!!!

Exclamation Le seul réflexe à avoir en cas d'infarctus du myocarde est d'appeler immédiatement le SAMU au numéro 15. Exclamation

Ce réflexe concerne aussi bien :

Arrow Le patient qui ressent les douleurs évocatrices.
Arrow Son entourage.
Arrow Toute personne témoin.
Arrow Le médecin traitant ou le cardiologue du patient qui doivent le faire entrer dans la chaîne de soins coordonnée le plus rapidement possible.

Combien de temps a-t-on pour agir ?

Si les artères qui oxygènent le coeur sont complètement bouchées, il faut alors agir très rapidement. Dans l'idéal, le délai global à respecter entre le moment où le médecin réalise sur place un électrocardiogramme et le moment où les artères sont débouchées est de 90 minutes.

Comment procède le SAMU lorsque quelqu'un appelle le 15 en suspectant un infarctus ?

Le SAMU pose des questions qui visent à permettre une évaluation médicale de l'état de la personne. Ces questions portent sur les caractéristiques de la douleur, les signes ressentis, les antécédents médicaux et les facteurs de risque. Loin de ralentir la prise en charge, elles permettent au contraire de faire gagner du temps.

En cas de doute ou si le risque d'infarctus du myocarde est confirmé par l'entretien téléphonique avec l'interlocuteur du SAMU, une ambulance avec une équipe médicale à son bord est envoyée sur place pour une prise en charge en urgence.

Si un risque vital est écarté, le SAMU peut solliciter un médecin de garde, adresser la personne à son médecin traitant, etc.

Le SAMU assure une écoute médicale 24 h sur 24 h, il est important de ne pas hésiter et d'appeler sans tarder
en cas de douleur intense et prolongée.

ET SI C'EST UN INFARCTUS...

Que se passe-t-il à l'hôpital ou dans l'ambulance du SAMU ?

Avec l'interprétation de l'électrocardiogramme, on peut savoir si les artères doivent être débouchées ou non.

Si les artères ne sont pas complètement obstruées, un traitement médicamenteux suffit.
En revanche, si les artères sont totalement bouchées, deux possibilités existent pour les déboucher soit par un traitement chimique (la fibrinolyse)
soit par un dispositif mécanique (l'angioplastie).
Dans tous les cas, plus tôt le traitement est effectué, plus la taille de l'infarctus sera limitée.

Peut-on vivre normalement après un infarctus du myocarde ?

On peut en général mener une vie tout à fait normale après un infarctus du myocarde. Il faut cependant :

Arrow Consulter régulièrement son médecin traitant (tous les 3 mois) et son cardiologue (au moins une fois par an).
Arrow Respecter scrupuleusement son traitement médical (pas d'arrêt ni de modification sans avis médical).
Arrow Penser à sa santé et à sa qualité de vie en mangeant sainement : alimentation pauvre en graisses et riche en fruits et légumes et en ayant une activité physique régulière : marche, jogging, vélo, natation...


_________________
chris co-administrateur

3 artérite des membres inferieurs le Mar 29 Jan - 19:50

greuillou07

avatar
ARTERITE DES MEMBRES INFERIEURS



DEFINITION



L’artérite des membres inférieurs correspond à une atteinte de la paroi des artères des membres inférieurs, le plus souvent en rapport avec la maladie athéromateuse (responsable de la formation de plaques au niveau de la paroi de l’artère).

Cette atteinte est responsable de la diminution du diamètre des artères qui vont ainsi finir par se boucher.

L'artérite des membres inférieurs est une des localisations préférentielles de la maladie athéromateuse (plaque de cholestérol dans les artères) avec les localisations cérébrales en particulier carotidiennes, cardiaques (coronariennes) et aortiques. Ces diverses pathologies réduisent l'espérance de vie de 10 ans en moyenne.

Cette maladie est due à l'athérosclérose dans plus de 90% des cas et se manifeste préférentiellement après 50 ans chez un sujet tabagique.



LES CAUSES


En dehors de l'athérosclérose du sujet âgé, la survenue d’une artérite des membres inférieurs chez le jeune impose la recherche d'une pathologie associée telle qu'un taux élevé d’homocystéine dans le sang ou une anomalie de la coagulation.

Chez le sujet de moins de 35 ans, 2 maladies sont à l'origine d'occlusion artérielle des membres inférieurs:

- La maladie de Takayashu est rencontrée chez la jeune femme et est évoquée devant des lésions proximales surtout localisées au niveau de l’aorte. Le tableau est celui de la 'femme sans pouls'. Il existe un syndrome inflammatoire observé à la prise de sang.

- La maladie de Buerger se rencontre chez l'homme jeune, tabagique. Les lésions y sont distales aux 4 membres avec gangrène et phlébite superficielle. L'artériographie fait le diagnostic en montrant des artères distales présentant un aspect en "tire-bouchon". Le pronostic en est grave par la succession de crises très douloureuses dont le traitement à terme repose sur l'amputation.


Parfois, une cause locale est retrouvée expliquant le caractère très localisé de l'affection: obstruction mécanique au niveau d'une articulation, réaction artérielle faisant suite à une phlébite ou à une radiothérapie.



LES SYMPTÔMES


Le 1er signe clinique qui doit alerter le patient est une douleur à type de crampe dans les mollets ou les pieds après un effort et plus particulièrement à la marche.
Cette douleur cède à l’arrêt de la marche permettant au patient de reprendre son activité après quelques minutes de repos. Elle est en rapport avec une diminution du débit sanguin artériel dans les muscles. On parle d’ischémie musculaire à l’effort.

On évalue la sévérité de l’atteinte artérielle en mesurant la distance de marche (périmètre de marche). Il s’agit de la distance au bout de laquelle le patient ressent une douleur à type de crampe. Cette distance est importante pour déterminer la gravité de l’atteinte artérielle, suivre son évolution, et évaluer le bénéfice d’un traitement médicamenteux ou chirurgical.

Dans une forme plus sévère le patient se plaint de douleurs dans les jambes en position allongée au repos, on parle de douleurs de décubitus. Un des signes caractéristiques de ces formes évoluées étant la nécessité pour le patient de dormir en position assise ou jambes pendantes au bord du lit.

Enfin dans les formes évoluées il peut exister des ulcères artériels qui apparaissent le plus souvent au niveau des points de frottement (extrémités des orteils, bords latéraux des pieds, talons). Ces lésions une fois constituées sont malheureusement difficiles à cicatriser du fait de la diminution de l’oxygénation des tissus liée à la baisse du débit dans les artères.


RÔLE ET COMPETENCE DE L'AIDE-SOIGNANT AUPRES D'UN PATIENT SOUFFRANT D'ARTERITE DES MEMBRES INFERIEURS


L'aide soignant participe aux soins en collaboration avec l'IDE et répond aux besoins du patient.

Participation à la surveillance et à l'évaluation de la douleur

Le patient qui souffre ou qui éprouve une douleur intense peut être facilement irritable, être à son écoute, répondre à ses demandes le plus rapidement possible, observer et transmettre la douleur.

Participation à l'hygiène corporelle et au confort de la personne

Lorsque la circulation est défectueuse , la résistance à l'infection est faible, insister sur l'hygiène des pieds et des jambes.

L'aide soignant devra:

* Demander au patient de vérifier la T° de l'eau, car la sensibilité des pieds est réduite.
* Veiller à bien sécher la peau, en faisant attention aux espaces entre les orteils.
* Masser soigneusement la peau et la base des ongles avec une crème douce nourrissante. (l'alcool assèche la peau et n'est pas conseillé chez ces patients).
* Couper les ongles droits et légèrement arrondis sur les côtés pour éviter les ongles incarnés . Il ne faut jamais couper jusqu'à la peau.( si malgré ces soins l'ongle reste incarné, mettre une petite compresse sous l'ongle et le changer tous les jours)
* Observer la peau des jambes: une tuméfaction ou un bleuissement autours des varices ou des zones douloureuses, dures et érythémateuse, peuvent être signe de phlébite.
* Transmettre des altérations trophiques qui indiquent un mauvais apport sanguin, comme la sécheresse, le craquement, l'épaississement et une couleur brunâtre au coin des orteils.


La chaleur est conseillé pour la plupart des patients souffrant de troubles des vaisseaux périphériques, car en provoquant une vasodilatation, elle améliore la circulation dans le membre atteint:

* Elle ne doit pas être appliquée directement sur la région atteinte, car le patient peut souffrir également d'une dégénérescence des nerfs périphériques, qui diminue la sensibilté thermique et prédispose le patient aux brûlures.
* L'aide soignant peut lui conseiller d'augmenter la chaleur des membres, en portant des chaussettes de laine très larges, en prenant des bains chaud a 37°C ou en chauffant l'abdomen. Par temps froid porter des vêtements chauds, en cas de frissons prendre des boissons chaudes.

Surveillance et prévention des complications

Le patient doit éviter de se blesser aux pieds et aux jambes et faire très attention à l'infection qui peut se produire après un traumatisme:

* Il ne doit pas marcher pieds-nus: l'aide soignant lui conseillera de porter des chaussures en cuir avec une bonne semelle, de mettre des chaussettes en laine l'hiver, en coton ou en fil l'été, et surtout de les changer tous les jours.
* Il ne doit pas gratter des lésions bénignes de la peau (démangeaisons dues à une piqûre de moustique ou à la stase veineuse).


_________________
chris co-administrateur

4 Accident vasculaire cérébrale le Jeu 31 Jan - 9:55

greuillou07

avatar
ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRALE (AVC)


DEFINITION


L’accident vasculaire cérébral (AVC) désigne l’obstruction ou la rupture d’un vaisseau transportant le sang dans le cerveau. Il en résulte un manque d’apport d’oxygène mettant en danger le fonctionnement d’une ou plusieurs zones du cerveau.
Un accident vasculaire cérébral (AVC), également souvent encore appelé « attaque », survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par :

Arrow Un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique), le plus fréquent ou
Arrow Un vaisseau sanguin rompu (AVC hémorragique), dans moins de 20% des cas.

L’AVC ischémique (ou « infarctus cérébral »)

L’artère est bouchée par :

Arrow Une plaque riche en cholestérol (athérosclérose), on parle de thrombose cérébrale (40 à 50 % des AVC),
Arrow Un caillot de sang, venu obstruer l’artère, il s’agit alors d’une embolie cérébrale (30 % des AVC).

L’AVC hémorragique (20 % des cas)

Il est dû le plus souvent à une rupture d’anévrisme. Les tumeurs, les crises d’hypertension et divers troubles de la coagulation peuvent eux aussi entraîner des hémorragies cérébrales.

L’Accident Ischémique Transitoire (AIT)

Lorsque l’obstruction de l’artère cérébrale se résorbe d’elle-même et ne provoque pas de séquelle, on parle d’accident ischémique transitoire. Ses symptômes sont les mêmes que l’AVC, mais ils durent de quelques secondes à quelques minutes avant le retour à la normale. L’AIT peut donc passer inaperçu et être confondu avec un simple malaise. Il signale pourtant un risque important d’AVC plus grave , c’est une urgence : il faut appeler le 15.


CAUSES

Certains facteurs favorisent, à un degré divers, la survenue d’AVC ou d'AIT.

Arrow L’âge. Le risque d’AVC ou d'AIT augmente avec l’âge.
Arrow L’hérédité. Le risque d’AVC ou d'AIT est plus élevé si un parent a eu un AVC avant l’âge de 65 ans.
Arrow Les antécédents d’AVC ou d’AIT.
Arrow L’hypertension artérielle non contrôlée par les traitements.
Arrow Certaines maladies cardiaques, comme la fibrillation auriculaire, favorisent la formation de caillots.
Arrow Le tabac.
Arrow Le diabète non contrôlé par des traitements.
Arrow L’excès de cholestérol.
Arrow L’absence d'activité physique régulière.
Arrow La consommation élevée de boissons alcoolisées.
Arrow La prise de certains médicaments, par exemple la prise pendant plusieurs années de traitements hormonaux de la ménopause.


SYMPTÔMES ET SIGNES


Les symptômes d'un AVC varient selon la cause (hémorragique ou thrombo-embolique), la localisation et la gravité du dommage cérébral. Les symptômes vont d'un léger engourdissement à la paralysie complète. Étant donné que plusieurs fonctions sont contrôlées par des côtés opposés du cerveau, des dommages au côté gauche du cerveau vont affecter le côté droit du corps et vice versa. Les principaux signes avant-coureurs d'un AVC sont :

Arrow Un engourdissement ou une perte de la force qui peut aller jusqu'à la paralysie complète d'un côté du corps (visage, bras, jambe).
Arrow La perte soudaine de la parole, des problèmes d'élocution (dysarthrie) ou de la difficulté à comprendre des mots ou à lire (aphasie). La personne peut tout simplement sauter un mot, ne pas être capable de trouver le bon mot, ressentir une faiblesse dans la mâchoire ou avoir un manque de coordination avec sa langue.
Arrow Une vision soudainement trouble ou voilée ou une perte de vision, la plupart du temps dans un oeil seulement.
Arrow Des maux de têtes graves et inhabituels, accompagnés de nausée et de somnolence;
étourdissement ou sensation de vertige.
Arrow Chute soudaine, instabilité, mouvements gauches.
Arrow Perte de conscience inexplicable ou chute.
Arrow Démarche hésitante, déséquilibre.
Arrow Tremblement d'un côté du corps (un bras, une jambe).
Arrow Difficulté de déglutition.
Arrow Diminution de la sensation du toucher.


RÔLE ET COMPETENCE DE L'AIDE SOIGNANT AUPRES D'UNE PERSONNE SOUFFRANT D'UN AVC

L'aide soignant participe aux soins, en collaboration avec l'IDE et répond aux besoins du patient. L'objectif est de lui faire retrouver son autonomie le plus vite possible et l'aide soignant stimulera la personne au niveau de ses soins.

Besoin de se mouvoir

* Selon l'importance de l'hémiplégie veiller aux positions de la personne dans son lit et au fauteuil.

Lutter contre les positions vicieuses :

- AU LIT: Installer la jambe de façon à éviter l'équinisme du îed qui serait un handcap pour la reprise de la marche.
- AU FAUTEUIL: Pour éviter que la personne ne penche du côté paralysé, la caler en lui mettant un coussin du coté paralysé.

* Pour la reprise de la marche, veiller à ce que la personne ait des chaussures fermées tenant bien le pied.
* Pour éviter une rétraction irréversible au niveau de la main: mettre une balle en mousse dans la main et dans le pire des cas maintenir le bras de la personne avec une écharpe.


Besoin d'hygiène , besoin d'être propre

La personne en fonction de son hémiplégie plus ou moins importante, ignore en général son côté paralysé, l'aide soignant procédera à:

* Une aide à la toilette en essayant le plus possible de la faire participer et de la stimuler pour qu'elle s'intéresse à son membre paralysé.
* Des soins de bouche plusieurs fois par jour, avec des précautions à prendre puisque la personne ne pouvant garder les liquides ; il peut y avoir un risque de fausse route.
* Une protection de l'oeil du côté paralysé surtout si la paupière ne peut pas se fermer complètement et si le réflexe cornéen est aboli, car il existe alors un risque d'ulcère de la cornée, qui peut conduire à la cécité.


Besoin de l'élimination urinaire et fécale

L'incontinence urinaire et/ou fécale peut être partielle ou totale, transitoire ou définitive:

* En cas d'incontinence totale: mettre des protections.
* En cas d'incontinence partielle: L'objectif est de rééduquer la personne pour qu'elle redevienne continente. (repérer les heures de mictions pour proposer le bassin).
* Surveiller l'élimination des selles et lutter contre la constipation.


Besoin de boire et manger

La personne peut présenter des troubles à la déglutition avec des difficultés à s'alimenter seule.

* Donner une alimentation mixée et des boissons gélifiées pour éviter les fausses routes.* S'il y a prescription d'un régime sans sel, veiller à ce qu'il soit respecté.


Besoin de communiquer et de soutien psychologique, ainsi que l'entourage

Les AVC entraînent souvent un excès d'émotivité chez la personne, elle a souvent la larme à l'oeil sans motif particulier. La personne peut présenter des troubles de la parole et des difficultés à s'exprimer, ce qui peut l'inquiéter.
L'hémiplégie est un handicap moteur et sensoriel, mais aussi intellectuel et psychique.
Comme il contrôle mal son corps, le patient a peur de ne pas réussir ce qu'on lui demande, il perd confiance en lui, ce qui peut amener des épisodes dépressifs.

Attitude de l'hémiplégie

* Il exprime ses émotions, pleure, s'impatiente, se montre irrité ou apathique dit que sa vie est "fichue", voit tout en noir.

* Il n'a pas conscience de sa maladie ou se montre indifférent.

* Il peut se tromper de côté lorsqu'on lui demande, par exemple de donner son bras droit.

* Il peut refuser de reconnaître sa maladie, son hémicorps paralysé.

* Il ne veut pas voir son côté paralysé et tourne la tête du coté opposé.


Attitude de l'aide soignant

* Avec patience, il faut lui réapprendre la toilette, l'habillage, l'alimentation;

* Aborder le patient par le côté qu'il néglige, afin qu'il ne démissionne pas et qu'il prenne conscience de son déficit.

* Donner des instructions claires, simples, concrètes et non contradictoires.

* Ne pas demander plus, ni plus vite qu'il n'est possible.

* Transmettre le comportement du patient et ce qu'il a pu manifester ou dire par rapport à sa maladie pendant le soin.


L'AIDE SOIGNANT DOIT :


Arrow Faire preuve de patience, laisser à la personne le temps pour s'exprimer et essayer de comprendre les sons indistincts qu'elle tente d'émettre sans exiger qu'elle les répète, ce qui aurait pour effet d'augmenter sa détresse et sa frustration.

Arrow S'efforcer d'anticiper les besoins de la personne.

Arrow Rester calme et serein et persuader la personne que ses efforts en vue d'acquérir une certaine indépendance progressent et continueront d'évoluer.

Arrow Annoncer le programme de soins de la journée même s'il est incapable de répondre.

Arrow Lui procurer de quoi écrire et lui apprendre (si elle droitière) à écrire de la main gauche. La personne peut être inquiète, il faut la sécuriser, lui permettre de s'exprimer en lui procurant par exemple, une ardoise et un feutre.


Par la suite, la personne devra respecter une hygiène de vie:

Arrow Lui expliquer qu'une activité physique même modérée (la marche par ex) et régulière peut aider à réduire la pression artérielle.

Arrow Lui conseiller également de réduire voire de supprimer le tabac.


_________________
chris co-administrateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum