Derniers sujets
» Module 6 HYGIENE
Lun 13 Fév - 11:56 par AS75

» au sujet de l'oral du M5
Sam 21 Jan - 15:51 par Invité

» L'entretien du matériel roulant lié au transport de patients , du charriot de soins et de linge .
Mar 25 Oct - 17:20 par HENRIDUNAND

» Oral module 5
Dim 5 Juin - 16:46 par Peeter

» problème avec la Lymphe
Dim 6 Mar - 17:50 par Invité

» bas de contention
Sam 13 Juin - 14:50 par Invité

» Hygiène quotidienne de l'environnement du patient et réfection du lit .
Sam 28 Mar - 16:06 par Calahann

» prévention des risques professionnels des bactéricides
Ven 5 Déc - 13:46 par Calahann

» Lexique lié au module 6 .
Sam 11 Oct - 10:19 par Calahann

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Meilleurs posteurs
Calahann (584)
 
greuillou07 (186)
 
jadeelona (67)
 
liloulette2581 (23)
 
harkane" (14)
 
tara0510 (11)
 
galoupiotte22 (9)
 
nafnaf67 (9)
 
dadoune (7)
 
emychloe71 (6)
 

Mots-clés

Partenaires

créer un forum

      

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les risques liés à l'infection ( Accidents d'exposition au sang et risques infectieux relatifs aux unités de soins ).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Calahann

avatar
Admin
LES RISQUES LIES À L'INFECTION



Arrow ) RISQUE D'ACCIDENTS D'EXPISITION AU SANG ( AES )

A ) DEFINITION D'UN ACCIDENT D'EXPOSITION AU SANG OU EAS

Un AES correspond à toute exposition accidentelle avec du sang ou un autre liquide biologique contaminé par du sang et comportant une effraction cutanée lors d'une piqûre ou d'une coupure ou une projection sur des muqueuses ( conjonctive, bouche ) ou sur une peau lésée .

Lors d'un AES , il existe toujours :

- Une personne qui en est la source : le patient ,

- Et une personne accidentée : le soignant .

B ) LEGISLATION

Des procédures de conduite à tenir en cas d'EAS , écrites et validées par les instance responsables :

- Le CLIN ou Comité de lutte contre les infections nosocomiales ,

- Le CHSCT ou Comité d'hygiène , de sécurité et des conditions de travail ,

- La médecine de travail .

Elles doivent être affichées dans toutes les salles de soins des établissements de santé publics et privés . Ces procédures doivent être connues de tout le personnel .

C ) RISQUES LIES AUX AES

Lors de ces accidents , il y a possibilité de transmission d'agents infectieux tels que les virus , des bactéries , des champignons et des parasites du patient au soignant .

Les VHB ( virus de l'hépatite B ) , VHC ( virus de l'hépatite C ) , VIH ( virus du sida ) représentent les risques les plus graves car ils peuvent provoquer chez le soignant des pathologies secondaires à l'AES aux conséquences parfois dramatiques :

- L'hépatite B , l'hépatite C pouvant entraîner une cirrhose du foie et parfois un cancer du foie soit une hépatite fulminante avec nécrose des cellules hépatiques et décès rapide ;

- Séroposivité voire parfois un sida déclaré ;

Le risque dépend des circonstances de l'exposition :

- piqûre profonde ou non ;

- patient à risque ou non ;

- port de gants à usage unique ou non ;

- temps de contact avant les premiers soins.....

Le risque est augmenté en cas de piqûre profonde avec une aiguille creuse contenant du sang , sans port de gants , si les premiers soins ne sont pas fait dans les 5 minutes suivant l'accident et si la quantité de virus circulant chez un patient infecté est importante .

Exclamation Tout patient peut y être confronté :

- avec le VIH : 0,3% de risque si l'accident est piquant , coupant ou tranchant et 0,03% s'il étant très vascularisée , il ne faut négliger ce risque ;

- avec le VHC : 3% de risque en cas d'AES par blessure ou projection ;

- avec VHB : 30 à 40% de risque tout en sachant que cela doit rester une situation exceptionnelle puisque le vaccin contre l'hépatite B est obligatoire pour le personnel de santé .

Tout le personnel soignant et travaillant dans un établissement de soins peut être confronté à un AES : médecin , chirurgien , sage-femme , infirmier , aide-soignant , agent de service ,personnel de lingerie , personnel gérant les déchets , personnel de laboratoire.....

Les services les plus à risque sont les services de soins où sont pratiqués beaucoup de gestes invasifs ( ponctions diverses , examens , aspirations , gestes chirurgicaux.... dans des services de réanimation , chirurgie , médecine , maternité , urgences , dialyse , au bloc opératoire , au SAMU.....) .

Mais des AES sont déclarés chaque année dans tous les services .

D ) MESURES DE PREVENTION

- La vaccination contre l'hépatite B est obligatoire depuis 1991 pour le personnel de santé .

- Formation et information du personnel concernant les AES : toute l'équipe doit bien connaître le protocole .

- Respect des précautions standard lors de tout soin , par tout soignant et pour tout patient quelle que soit sa pathologie : en effet , 2/3 des AES sont évitables par respect de ces précautions .

- Surveillance par le CLIN du nombre d'AES de l'établissement avec étude de ces statistiques et mise en œuvre de mesures correctives en fonction des résultats .

=> Comportements et manipulations préventives :


Comportement du soignantManipulation du matériel et élimination des déchets

- Utilisation de matériel de sécurité : conteneur à aiguilles , aiguilles rétractables .

- Si soin ou geste à risque de projection : port de masque , lunettes de protection .

- Si risque de contact avec un liquide biologique : port de gants à usage unique .

- Couvrir toute plaie même minime .

- Travailler sans précipitation car sinon le risque de se blesser est alors plus grand .

- Ne pas créer de situation pouvant provoquer un AES en laissant traîner du matériel dangereux .

- En cas de projection accidentelle de sang ou de liquide biologique sur une peau saine ou sur la tenue de travail :

* se doucher immédiatement ,

* changer sa tenue de travail .
- Ne pas pousser avec les doigts , les aiguilles ou objets coupants dans le conteneur .

- Ne jamais recapuchonner un rasoir ou une aiguille .

- Eliminer ces objets immédiatement après utilisation dans un conteneur adapté , imperforable , stable , hermétique et inviolable après fermeture . Celui-ci doit toujours être à portée de la main .

- Ne pas remplir ces boîtes à objets coupants et piquants à plus de 3/4 de leur contenance .

- Vérifier le système de sécurité de la fermeture avant élimination dans les déchets infectieux .



Dernière édition par Calahann le Sam 1 Juin - 22:00, édité 1 fois

http://etudiantaidesoignant.forumgratuit.org

Calahann

avatar
Admin
E ) CONTUITE À TENIR EN D' EXPOSITION AU SANG

1 ) Savoir interrompre et déléguer sont travail .

2 ) Pratiquer les 1ers soins dans les 5 minutes qui suit l'accident en se référant au protocole de l'établissement , l'objectif étant de réduire le temps de contact avec le sang :

* En cas de piqûre , blessure , contact direct sur une peau lésée :

- ne pas faire saigner ni comprimer autour de la plaie en raison du risque de diffusion plus rapide du virus dans la circulation sanguine ;

- nettoyer soigneusement la plaie à l'eau et au savon doux ou antiseptique ;

- rincer abondamment puis sécher ;

- désinfecter par contact ou trempage dans un antiseptique pendant 5 à 10 minutes ( dakin ou dérivé chloré stable , eau de javel à 9° C chlorométrique diluée au 1/5 , Bétadine dermique de préférence ou à défaut à l'alcool à 70 ° ) .

Exclamation Attention , il faut toujours utiliser la même gamme de produit pour le nettoyage au savon et l'antisepsie .

* En cas de projection sur les yeux ou muqueuses : rincer abondamment avec du sérum physiologique de préférence ou sous le robinet d'eau courant pendant 5 à 10 minutes .

3 ) Prévenir le cadre de santé du service .

4 ) Prendre contact avec le médecin référent tout de suite après les soins : ce médecin évalue le risque infectieux de transmission des VHB , VHC et VIH en fonction de chaque type d'AES , de la situation du patient source ( sérologie , mode de vie , pathologie ) et informe le soignant des mesures à prendre .

5 ) Des prélèvement sanguins en vue des recherches VHC , VHB et VIH sont faits au patient source et à la victime et ceci obligatoirement avec leur autorisation .

6 ) Un traitement préventif antirétroviral peut être proposé si le risque est important : il se fait alors avec le consentement de la victime et doit débuter dans les 4 heures suivant l'AES et au maximum dans les 48 heures .

7 ) Une déclaration administrative de l'accident de travail est obligatoirement faite par la victime dans les 24 à 48 heures selon l'établissement et ceci pour permettre une indemnisation en cas de séroconversion .

8 ) Un suivi médical et biologique est organisé pendant 6 mois avec prélèvement sanguin de la victime 1 mois après , 3 mois après et 6 mois après l'AES ou plus souvent si le médecin référent juge nécessaire et ceci afin de rechercher une éventuelle séroconversion .

9 ) Des conseil sont donnés à la victime en fonction de la situation : pas de don du sang pendant au moins 6 mois , rapports sexuels protégés et parfois contraception orale proposée .

10 ) Analyse de l'accident de travail par la médecine du travail .

La prise en charge d'un AES est lourde aussi bien du point de vue physique que psychologique et économique , il faut donc privilégier la prévention .

Arrow II ) NIVEAUX DE RISQUES INFECTIEUX DANS DIFFERENTS MILIEUX DE SOINS

A ) DIFFERENTS NIVEAUX DE RISQUE INFECTIEUX

* À l'hôpital : service de médecine , réanimation , chirurgie

Ces service sont des service à haut risque infectieux car les patients :

* subissent de nombreux examens plus ou moins invasifs ;

* sont porteurs :

- de matériels divers ( sondes urinaires ou gastriques , drains , cathéters )

- de tout type de plaies ( opératoires , ulcères , escarres , brûlures...) .

* et on des pathologies infectieuses ou à risques infectieux ( cancers , diabète , insuffisances rénales ou cardiaques , anémie , immunodépression , infections cutanées , respiratoires , urinaires ).

Les services accueillant des personnes immunodéprimées tels que les services de greffe , de brûlé , néonatologie , oncologie et bloc opératoire sont les plus à risques car les patient sont très vulnérables .

Viennent en suite les services de réanimation car les patients sont polypathologiques puis les services de maladies infectieuses , de chirurgie , d'endoscopie et de médecine générale .

Il ne faut négliger la pédiatrie car on peut y trouver des épidémies de maladies infantiles contagieuses ( varicelle , rougeole...) , de diarrhée ou des problèmes d'immaturité du système immunitaire ( prématuré , maladie hématologiques...) . De plus , pour les nourrissons , le lait artificiel est le principal constituant de l'alimentation et présente un milieu propice au développement des bactéries lors de sa préparation et de sa conservation .

=> Services ou établissement accueillant des personnes âgées

Ils représentent un risque moins important mais toujours présent du fait de :

- la longue durée de séjour ,

- et la fragilité des patients : en effet , ceux-ci sont âgés , souvent dénutris et déshydraté , porteur d'escarres et de pathologies chroniques diverses . On y trouve de plus en plus de bactéries multirésistantes (BMR ).

=> Les services de maternité

Ils ne présentent pas un risque infectieux pour les mères si elles n'ont pas de facteurs personnels et ne subissent pas de gestes chirurgicaux ( ex : césarienne ) , il est cependant plus conséquent pour les nouveaux nés en raison de leur fragilité .

=> Les service de psychiatrie et médico-sociaux

Ils ne sont pas à risque particulier .

=> À domicile

Les patients relevant du SSIAD ( Service de soins infirmiers à domicile ) ou HAD ( hospitalisation à domicile ) présentent un risque infectieux plus ou moins important selon les soins réalisés et leurs caractéristiques personnelles :

* bas risque pour les soins d'hygiène et de confort simple chez un patient en bon état général ,

* risque plus important si le patient :

- est porteur de matériel de type sonde , cathéter , chambre implantable...

- ou si ses défenses immunitaires sont affaiblies .

Il faut savoir que le risque est malgré tout moindre par rapport à un service médicochirurgical car la flore hospitalière pathogène n'est pas présente dans l'environnement .

Le soignant doit s'adapter au cadre de vie et aux ressources du patient ( serviettes , savon ...) mais il doit prévoir son propre matériel ( SHA , gants , savon doux liquide , surblouse....) en fonction des soins qu'il réalise .

=> Dans les services annexes

Ces services sont chargés de la préparation des aliments ou de l'entretien du matériel : stérilisation , cuisine et biberonneries.... doivent respecter les normes légales d'hygiène extrêmement rigoureuses .


Compétence de l'aide-soignant

Quelque soit le secteur de travail ( bas , moyen ou haut risque infectieux ) , les soignants sont tenus de respecter les recommandations incontournables à tout acte de soin et les règles d'hygiène de base et ils doivent les adapter et/ou les renforcer en fonction de chaque situation particulière .

La compétence de l'aide-soignant correspond à une parfaite connaissance des différents niveaux de risque infectieux pour chaque patient en fonction du lieu de prise en charge et de sont état général , ceci afin d'adapter ses règles d'hygiène et de prévention des infections nosocomiales .

L'aide-soignant doit donc mettre en place une démarche de réflexion qui tienne compte du risque infectieux lié à la vulnérabilité du patient , à l'acte réalisé et à l'environnement .

Toutefois , quelque soit l'endroit , il doit respecter :

- les procédures mise en place concernant l'hygiène de base ,

- les précautions standard ,

- et les recommandations incontournables à tout acte de soin .

Il complètera ces mesures par des précautions particulières renforcées en fonction des soins réalisés et de l'état général du patient .

http://etudiantaidesoignant.forumgratuit.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum